page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

Pour les toutes dernières nouvelles, consultez www.baseball.ch ou www.olympic.orgREVUE OLYMPIQUE65En l'absence des États-Unis,champions en titre,l'émergence d'un nouveaupays de baseball eut autantd'effet que la troisièmemédaille d'or de Cuba. Après leurs victoires de 1992à Barcelone et de 1996 àAtlanta, les Cubains avaientété battus par les États-Unisà Sydney, mais ilsregagnèrent leur premièreplace à Athènes par un 6-2victorieux contre l'Australie,finaliste surprise après avoir supplanté le Japon 1-0en demi-finale.Cuba, qui avaitperdu à Sydneyavec une équipeinternationale jeune et inexpérimentée, seprésentait cette fois avec de nouveaux talents tels que Yulieski Gourriel, sondeuxième joueur de frappe. Graeme Lloyd, le lanceuraustralien vainqueur de deuxséries mondiales avec lesYankees de New York,complimenta le succès des champions: «Je n'arrêtepas d'entendre parler del'ancienne équipe de Cuba»,dit-il, «ces gars-là s'en tirentavec la médaille d'or, donc ilsne peuvent pas être mauvaisnon plus. Possiblequ'ils ne soient pasaussi forts quedans le temps mais ilsl'étaient suffisamment pourcette compétition.»Le Japon a battu leCanada 11-2 pour remporterle bronze.À Beijing, le baseball fera sa cinquième apparitionen tant que sport de médailles. Plusieurs théoriesexistent sur l'évolution de ce sport dont les racinesse trouvent en Amérique du Nord, mais qui, dansson développement,demeure très semblable aucricket ou au rounders (balle au camp) anglais.Dans L'Abbaye de Northangerde Jane Austen,un ouvrage rédigé à la fin du 18e, début du 19esiècle, les enfants jouent au «baseball» sur leterrain communal en Angleterre. Néanmoins, lejeu sous sa forme contemporaine est apparu en1903, à l'issue des premières séries mondialesentre les meilleures équipes des États-Unis.Dans ce pays, le jeu professionnel remonte à1869. Il y fut longtemps considéré comme lesport national. Après avoir été en démonstrationà Stockholm en 1912, le baseball est revenu auxJeux en 1936, 1952, 1956, 1964, 1984 et1988, avant de débuter comme sport demédailles à Barcelone en 1992.À gauche Le Japonais Shinichi Sato frappe laballedurant les Jeux de 1992 à Barcelone.FORMATUn peu plus d'un an avant Beijing, près de lamoitié des équipes qui s'affronteront en baseballse sont déjà qualifiées. Huit places sont en jeu.Trois sont attribuées. Elles iront à la Chine, entant que pays hôte, aux États-Unis et à Cuba quiles ont décrochées à l'issue du tournoi américainde qualification olympique à La Havane. Il s'agitdu premier sport dans lequel les États-Unis sesont assurés une participation en 2008, alorsmême qu'ils avaient manqué le baseball auxJeux de 2004 à Athènes. Les cinq pays restantsseront les vainqueurs des Championnats d'Europeà Barcelone en septembre et des Championnatsd'Asie qui se termineront en décembre, les troisautres étant sélectionnés dans un tournoi dequalification olympique qui se tiendra quatre moisavant le début des Jeux, l'an prochain. LeMexique, le Canada, l'Australie et l'Afrique du Sud sont quatre des huit équipes ayant décrochéleur participation à cette manifestation.Aux Jeux, chaque équipe rencontre les sept autres avant que les quatre meilleurspassent en demi-finales. Les Comités NationauxOlympiques peuvent sélectionner une équipe de 24 joueurs.SITELa compétition de baseball se disputera auCentre culturel et sportif de Wukesong, l'un desneuf sites de compétition temporaires. Il estsitué à l'est de la ville, à 18 km du villageolympique sur la Verdure olympique.Le complexe pourra accueillir 15 000 person-nes dans une enceinte qui abrite deux terrains de compétition et un d'entraînement. Laconstruction du site a été planifiée dans la lignedroite de ces «Jeux verts», en incorporant dessystèmes d'énergie solaire et de recyclage del'eau de pluie. Une épreuve test de baseball aura lieu du 18 au 23 août 2007.Ci-dessous Représentation artistique duCentre de Wukesong. PRÉTENDANTSLes États-Unis sont déterminés à rétablir leurprééminence olympique après leur décevanteabsence d'Athènes et ils ont déjà faitimpression. À La Havane en septembre l'andernier, devant 40 000spectateurs, ils ont battuCuba 8-5 en finale du tournoide qualification olympiqueaméricain. Alors même quela finale n'avait pour objet que de décider levainqueur de cette seule compétition, puisqueles deux équipes, en parvenant à ce stade,s'étaient déjà qualifiées pour Beijing, les États-Unis ont marqué un point psychologiquesupplémentaire contre les championsolympiques et champions du monde en titreaprès le succès de Cuba dans cette dernièrecompétition aux Pays-Bas en 2005.Chinese Taipei a remporté l'or aux JeuxAsiatiques à Doha en décembre dernier avecune équipe qui savait pouvoir compter surl'expérience de Chang Tai-Shan, présent àAthènes. Ils seront au nombre des favoris auxChampionnats d'Asie qui débuteront ennovembre et dont le prix est une place à Beijing.Ci-dessus et ci-dessous L'équipe deChinese Tapei a remporté les JeuxAsiatiques à Doha en décembre dernier et devrait participer aux Jeux à Beijing.ATHÈNES2004BASEBALL

66REVUE OLYMPIQUEPour les toutes dernières nouvelles, consultez www.canoeicf.com ou www.olympic.orgAux Jeux de 1980 à Moscou,Birgit Fischer avait remporté le500 m en K1 et, 24 ans plustard, à l'âge de 42 ans, elleétait de nouveau sur lapremière marche du podium aucentre de Schinias à Athènes, en battant l'équipage hongroisde 0,196 seconde. MaisFischer manqua de peu saneuvième médaille d'or avecLeonhardt, puisque l'Allemagnetermina deuxième derrière lesHongroises, Katalin Kovacs etNatasa Janics, dans le 500 men K2. On se souvientégalement de ces Jeux pourAdam van Koeverden,vainqueur de la médaille d'ordans le 500 m en K1, 24 heures avant de s'assurer le bronze du 1 000 mdans lamême catégorie.Dans les épreuvesde slalom, les eauxvives d'Helleniko firent un décorblanc d'écume à la bataille duC1 masculin entre le SlovaqueMichal Martikan et le FrançaisTony Estanguet, ce dernierconservant sa couronne. ElenaKaliskaa offrit quelqueconso-lation à la Slovaquieen lui rapportantl'or du K1 féminin,avant que deux autres compatriotes, les jumeauxPeter et Pavol Hochschornerdécrochent celle du C2masculin. La finale du K1s'est terminée par l'arrivéesensationnelle du FrançaisBenoît Peschier qui évinçason compatriote FabienLefèvre et battit le BritanniqueCampbell Walsh. Les origines du canoëet du kayak remontentà leur utilisation par lespeuples autochtonesd'Amérique du Nord et du Sud pour letransport, la pêche et le combat. Au 19esiècle, la mise en forme du sport entraîna la création de clubset de compétitions sur plusieurs continents, à commencer par le Royal Canoe Club deLondres en 1866. La première organisationfédérative internationale fut fondée en 1924, et juste après la Deuxième Guerre mondiale en 1946, ce fut le tour de la FédérationInternationale de Canoë (FIC), organe régissantce sport partagé en deux disciplines: le canoëet le kayak. Les courses en ligne en canoë eten kayak ont été introduites en démonstrationFORMATDouze médailles d'or seront décernées dans lesépreuves en ligne à Beijing. Les qualificationsdébutent l'été prochain aux Championnats dumonde 2007 à Duisburg, Allemagne, et les placesrestantes seront obtenues aux championnatscontinentaux. La compétition, qui se déroulera sursix jours, est organisée en séries éliminatoires,demi-finales et finales, composées chacune deneuf bateaux au maximum. Quatre médaillesseront attribuées dans la compétition de slalomdisputée en quatre jours avec également desséries éliminatoires, demi-finales et finales.Chaque athlète marque selon son temps deparcours, auquel viennent s'ajouter deux secondespour chaque perche touchée et 50 secondes parporte manquée. Les qualifications commencerontaux Championnats du monde en septembre auBrésil. Ensuite, les places restantes sont allouées à l'issue des championnats continentaux. LesComités Nationaux Olympiques peuvent inscrire unbateau dans chaque épreuve des Jeux Olympiqueset les places de qualification leur sont attribuées et non à un athlète en particulier.SITESLes compétitions en ligne et en slalom sedérouleront toutes les deux dans le Parcaquatique olympique de Shunyi, site magnifiqueréservé à l'aviron et au canoë/kayak sur un vasteterrain à 30 km au nord-est de Beijing, àproximité de l'aéroport. Ce projet considérable anécessité le déblaiement de 1,10 million de m3de terre pour faire place aux bassins de coursedevant des tribunes et une tour de contrôlesuperbement conçues. Il a été désigné en 2006l'un des «sites de construction d'excellence del'année» par le Bureau central de la constructionde Beijing 2008. Le parcours artificiel descourses de slalom, comme celui réalisé à Sydneyet à Athènes, est très flexible et facile à ajusteren fonction du niveau de difficulté désiré.PRÉTENDANTSLes Championnats du monde en ligne 2007 à Duisburg verront les concurrents aux titresolympiques lever les bras au ciel. Les vedettesétablies se sont partagées les principaux titres de la saison 2006 de la Coupe mondiale, biendéterminés à faire coïncider leurs meilleuresmarques avec les épreuves de qualification pourBeijing, d'autant que nombreux sont les pays quine garantiront pas la place de Beijing à l'athlètequi se qualifie à Duisburg. La mêlée de bateauxd'équipe sera une nouvelle fois dominée, encanoë et en kayak, par les grandes puissancesd'Europe orientale, où les années passées àdévelopper des équipages ont toujours pourconséquence de prodigieux résultats. Néanmoins,on surveillera l'émergence du défi venu d'Asie quesignalaient les médailles inaugurales chinoises àAthènes. Courant à domicile sur leur propreparcours de régate, il se pourrait bien que lesChinois étonnent. Les concurrents potentiels du slalom sont ceuxqui auront réalisé des performances consistantesdans la préparation à l'épreuve cruciale dequalification au Brésil en 2007. À elle seule, Elena Kaliska a relevé la barre en K1 féminin,après avoir détrôné Stepanda Hilgertova,annonçant ainsi l'arrivée en force d'une nouvellegarde de championnes en slalom. Dans le C1 et leK1 masculins, les feux de la rivalité à l'origine detant de démonstrations sportives passionnantes àAthènes ont été ravivées l'an dernier. On resteraattentif à Walsh, la vedette britannique qui, aprèsavoir vu l'or d'Helleniko lui glisser entre les doigts,cherchera à se rattraper à Beijing. Ci-dessus La Slovaque Elena Kaliska.ATHÈNES2004CANOË/KAYAKaux Jeux Olympiques de 1924 à Paris avant de devenir sport de médailles en 1936. Lesépreuves féminines firent leur apparition auxJeux de 1948 à Londres.Les courses de slalom lancent lesconcurrents sur des sections courtes d'eauxvives au-dessus desquelles des «portes» - deux perches mobiles à proprement parler -sont suspendues. Les pénalités tombent dèsqu'un concurrent touche ou rate une porte.Apparu aux Jeux de 1972 à Munich, où leEiskanal d'Augsbourg remporta un vif succès,le slalom mit 20 ans à être réinscrit auprogramme dû en grande partie du fait descoûts de construction d'un parcours qui puisseconvenir à cette compétition. Néanmoins, lesrécentes éditions des Jeux témoignentd'épreuves de slalom particulièrement réussies.À gauche Ernst Krebs remporte l'or dans le10'000 m en K1 aux Jeux de 1936 à Berlin.