page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

68REVUEOLYMPIQUESPORTS OLYMPIQUES

Pour les toutes dernières nouvelles, consultez www.fie.ch ou www.olympic.orgREVUEOLYMPIQUE 69À seulement 19 ans, MarielZagunis, en sabre féminin, amis un terme à un siècled'absence. En effet, en battantla Chinoise Tan Xue, 15-9, ellea offert aux États-Unis leurpremière médaille d'or enescrime depuis Albertson vander Post aux Jeux de 1904 àSaint-Louis. Cette victoire l'ad'abord laissée sans voix:«Pour l'instant, jene sais pas quoidire», a-t-elledéclaré avant d'ajouter, «jesuis tellement contente.» Inspirée par les frèresFabrice et Jérôme Jeannet,l'équipe de France masculinea remporté l'or en épée,contre les Hongrois 43-32.Chez les femmes, les Russes,championnes en titre, ontpour leur part conservé leurpremière place contrel'Allemagne par 34-28.La Hongroise Timea Nagy,après avoir gagné la médailled'or à l'épée pour la deuxièmefois à des Jeux consécutifs,précisa qu'elle neserait pas à Beijing.Nagy, qui l'emportasur la Française Laura Flessel-Colovic par 15-10, déclara: «Jen'irai pas aux prochains Jeux.Je veux me consacrer àagrandir ma famille. J'enparlerai à mon mari avant dedécider ce que je ferai.»Les temps changent et, àl'approche des Jeux, la mère dedeux enfants qu'elle est deve-nue prévoit de se lancer à laconquête d'autres titres olym-piques. Elle aura 38 ans.L'escrime est l'un des rares sports présents à tousles Jeux Olympiques modernes. Il s'agit aujourd'huidu développement de ce qui fut une forme decombat il y a 1190 ans avant notre ère, comme lemontrent des sculptures du temple de MédinetHabou près de Louxor en Égypte. L'escrime aaccepté les professionnels dès les Jeux de 1896 àAthènes. Pierre de Coubertin prit des dispositionsspéciales pour autoriser la participation de ceuxque l'on appelait alors maîtres d'escrime.L'escrimeféminine fit ses débuts avec le fleuret aux Jeux de1924 à Paris. Les épreuves féminines d'épée etde sabre furent respectivement introduites auxJeux de 1996 à Atlanta et de 2004 à Athènes. Le sport s'organise en diverses disciplines, leshommes et les femmes s'affrontant pour l'or enépée, sabre et fleuret. Ce dernier se présenteavec une lame flexible par comparaison avecl'épée où les escrimeurs doivent frapper avec lebouton d'une lame plus dure. L'extrémité du sabrea un bouton replié, et le seul fait de toucher votreadversaire avec la lame vous rapporte un point.Ci-dessous L'épée aux Jeux de 1928.FORMATDix médailles d'or sont à gagner et, à Beijing, lesprincipaux changements seront l'introduction dufleuret et du sabre féminin par équipe chez lesfemmes qui remplaceront les épreuves paréquipe du fleuret masculin et de l'épée féminine.L'épée masculine par équipe a été retenue,tandis qu'un vote de la Fédération Internationaled'Escrime (FIE) pour la deuxième épreuvemasculine par équipe a opté en faveur du sabreplutôt que du fleuret par 45 voix contre 20.Chaque compétition se gagne sur éliminationsimple. Les équipes se composent de trois escri-meurs qui rencontrent chaque membre del'équipe adverse. Huit pays s'alignent aux Jeux:les quatre premiers du classement mondial au 31 mars 2008, l'autre moitié étant constituée deséquipes d'Amérique, d'Europe, d'Asie/Océanie etd'Afrique les mieux classées. À Beijing, pour lapremière fois de l'histoire de l'escrime olympique,l'arbitrage vidéo sera utilisé.SITEL'escrime se disputera au Centre national deconférence, l'un des lieux les plus animés durantles Jeux. Non seulement il accueillera lesépreuves d'escrime et de tir du pentathlonmoderne, mais c'est là également que serontinstallés le Centre International de Radio et Télevision et le centre principal de presse. Ces lieux sont situés sur la Verdure olympique,domaine de 1 135 hectares où s'étendront lamoitié des sites, dont le Stade national et levillage olympique. Il est temporaire, et une fois lesJeux terminés, les autorités de Beijing prévoientde l'affecter à des expositions et des congrès.PRÉTENDANTSUn modèle intéressant émerge à l'approche deBeijing: aux Championnats du monde d'escrime de2006 à Turin en septembre et octobre, être lechampion olympique en titre negarantit pas forcément desuccès supplémentaire. LeChinois Wang Lei, vainqueurd'une médaille d'argent à l'épéeà Athènes, a décroché l'or aux Championnats dumonde, et c'est un jalon important en prévision del'accueil des Jeux par son pays. Il a fait plier lePortugais Joaquim Videira 6-5 en finale. La Francea continué à dominer les épreuves par équipe,s'assurant la victoire dans les trois disciplines.Le sabre féminin a montré que l'escrime estun sport où la jeunesse n'est pas un handicap.Zagunis a dû s'incliner 11-15 en finale devant sacoéquipière Rebecca Ward, 17 ans, qui achevaitainsi une année 2006 étonnante. En effet, elle s'yest assuré les titres de championne du mondecadet, junior, junior et senior par équipe.Néanmoins, Zagunis demeure numéro 1 auclassement. Leur duel à Beijing devrait être unmoment exceptionnel.S'effacer devant une coéquipière aux Championnats du monde n'est pas exceptionnel.Ainsi au fleuret, l'Italienne Valentina Vezzali,championne olympique à Sydney en 2000 et à Athènes en 2004, a été battue 7-6 parMargherita Granbassi.Ci-dessus Wang Lei, champion du monded'épée. Ci-dessous Wang (accroupi) à l'attaque.ATHÈNES2004ESCRIME