page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

74REVUE OLYMPIQUEwww.olympic.org/athletesMES JEUXJe n'ai qu'un seul souvenir olympique. Mais,heureusement pour moi, rien ne pourrait rendrecette image plus belle qu'elle n'est dans mamémoire. Quand j'ai commencé le tennis, les joueurs nepensaient qu'à rafler tous les titres du grand chelemparce que le tennis n'était pas un sport olympique. Alorsque pour ma part, j'ai eu terriblement envie de devenirun olympien lorsqu'il a été réinscrit au programme.Ainsi, faire partie de la délégation olympique des États-Unis à Atlanta a signifié énormément pour moi. En plus,il se trouve que ce sont les seuls Jeux auxquels j'aiparticipé. C'est un épisode absolument fabuleux quejamais je n'oublierai. J'estime que les Jeux Olympiquesoffrent à l'athlète la plus grande occasion dereprésenter son pays, davantage encore que la CoupeDavis. À mon sens, les Jeux sont le summum pour lessportifs du monde entier. Être olympien ne va pas sans une certaine pressionque je crois n'avoir senti à aucun autre moment aucours de ma carrière. Lors d'autres compétitions, vousvous dites: 'l'occasion se représentera'. Mais les JeuxOlympiques ne se tiennent pas tous les ans, et quatreansc'est long dans une carrière sportive. D'où l'intensitéde la préparation, sachant que vous devez constammentvous assurer de ne rien laisser au hasard.Quand je repense au jour même où j'ai obtenu lamédaille, je ne sais toujours pas très bien commentexprimer par des mots la sensation que j'ai ressentie àcet instant précis. Ce que j'ai éprouvé, en étant làdebout sur le podium, ma médaille d'or autour du cou,l'hymne national en train d'être joué. Je me souviensque j'ai entendu les premières mesures de la musique,et mes yeux se sont emplis de larmes. Je me sentaisimmensément fier parce que ce n'était pas juste pourmoi, c'était pour mon pays, et c'est une émotion quevous ne ressentez pas lorsque vous êtes le vainqueurd'un tournoi individuel. Dans notre sport, la CoupeDavis est ce qui s'en rapproche le plus, mais je peuxvous affirmer que c'est bien pâle en comparaisonavec une médaille d'or aux Jeux Olympiques. Remporter la médaille d'or fut une expérience trèsdifférente de n'importe quel des huit titres du grandchelem dont j'ai été gratifié tout au long de macarrière. Je me répète constamment: 'je ne peux pascroire que je l'ai fait!' Alors qu'avec le grand chelem,je n'ignore pas les obstacles que j'ai dû surmonter. Mes titres de grand chelem signifient tout pour moi, mais les Jeux Olympiques m'ont fait sentir quej'accomplissais quelque chose pour mon pays. Lorsquej'ai vu le compte des médailles, je savais que j'étais dunombre. Et cela produit une fierté extrêmementparticulière que j'éprouve à tout moment. ?À droite Andre Agassi décroche la médaille d'or lorsde son unique participation aux Jeux Olympiques.MES JEUXANDREAGASSIANDRE AGASSI A GAGNÉ LA MÉDAILLE D'OR DU SIMPLE HOMMES EN TENNIS CHEZ LUI AUX JEUX DE 1996 À ATLANTA ATLANTA 1996? Simple hommesINTERVIEW: SANDRA HARWITT