page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

Les Jeux de la XeOlympiade furent ouvertsle samedi 30 juillet par Mr. Charles Curtis,Vice-Président des Etats-Unis d'Amérique,délégué pour représenter le Président HerbertHoover, retenu à Washington par suite de lasituation politique. Ils se terminèrent avec lecérémonial habituel le dimanche 14 août. La caractéristique de ces jeux fut le fait que lapopulation toute entière y prit un intérêt particulier.La politique du Comité organisateur qui consista,pendant 4 ans, non seulement à préparerl'organisation matérielle des concours, mais aussi à imprégner la population de l'idée olympique, futcouronnée de succès. Plus de 100 000 personnesremplissaient le Stade à la cérémonie d'ouverture et l'émotion ressentie par cette foule laissera unsouvenir inoubliable à ceux qui suivent ledéveloppement du mouvement olympique depuis le jour où le baron Pierre de Coubertin exposa sesidées à la Sorbonne. Pour la première fois futexécuté l'Hymne Olympique, oeuvre de Mr. Bradley Keeler.La piste du cyclisme à Pasadena, le bassind'aviron de Long Beach, le Riviera Club réservé auxsports équestres, les stades pour l'escrime, la lutte,la boxe, etc., surpassaient en confort tout ce quiavait été fait jusqu'ici. Les records s'amélioraienttous les jours et les concours d'art ont marqué unprogrès notable sur les précédents. Miss LeilaMechlin peut être justement fière d'avoir mené àbien l'exposition des oeuvres au Musée, d'autantplus que par suite de difficultés rencontrées aucours de l'installation, elle ne put disposer dessalles qui lui avaient été promises. Enfin, le Village Olympique sera certainement le chef-d'oeuvre de la XeOlympiade et réalise laconception la plus parfaite de l'idée olympique.Dépourvu de toute police, ce village était formé d'unensemble de communautés où chaque athlète, maîtrechez lui, était désireux de vivre en bonne amitié avec les habitants des districts voisins. Les excellentsrapports qui s'établirent ainsi entre les différentscompétiteurs sont peut-être la cause de l'harmoniequi a régné pendant les épreuves, à moins qu'il nefaille l'attribuer au bonheur de vivre dans le climatidéal de la Californie, où le soleil baigne la terre deses rayons, où la chaleur est tempérée par la brise du Pacifique et où le ciel esttoujours sans nuages.www.olympic.orgREVUEOLYMPIQUE 77RETOUR SUR LE PASSÉIl est difficile de citer les noms de tous ceux quiont collaboré à cette énorme organisation, mais touten rendant hommage à l'efficacité du travail dechacun, il convient de citer spécialement ceux de M. Zack J. Farmer, secrétaire général, aidé de Mlle Julia C. Mayer. de M. H. O. Davis, directeur du Village Olympique, et de M. William M. Henry,directeur sportif technique.Il est heureux que les faits aient prouvécombien grande était l'erreur des pessimistes quidepuis des mois prédisaient la faillite des Jeux dela XeOlympiade. Malgré les circonstances difficiles,le nombre des participants fut considérable. LeComité américain aura rendu un service signalé àla cause olympique en prouvant que le succès desJeux est assuré quel que soit le continent où ils se disputent.Outre le banquet offert par le Comitéorganisateur la veille de l'ouverture des Jeux, lesdîners officiels des Comités nationaux de Grande-Bretagne, d'Italie et du Japon, de nombreusesréception ont été organisées tant par les damespatronesses que par les habitants de Los Angeles,de Hollywood, de Long Beach et de Pasadena quiconvièrent les officiels et les athlètes à des bals, des dîners, des thés, des garden-parties et à desvisites de studios. Au Village Olympique les athlètes avaient aussi à leur disposition un théâtreen plein air et l'usage d'un Club où ils pouvaientrecevoir leurs amis. Avant de quitter Los Angeles le Président duC.I.O. a adressé ses remerciements, au nom de ses collègues, au maire de la Ville de Los Angeles, Mr. John C. Porter, au Président Mr. William MayGarland, aux deux vice-présidents, MM. Le RoySanders et Maynard Mc Fie, et aux membres duComité organisateur. Tenant à offrir un témoignagespécial de sa reconnaissance à MM. Zack J. Farmeret Davis, le Comte de Baillet-Latour leur a remis une médaille souvenir comme témoignage de sahaute appréciation pour la manière dont ils ont servi la cause olympique. ?Ci-dessusMildredDidrikson(la plus prochede l'objectif),l'une des plusgrandes athlètesde l'histoire, enroute vers lamédaille d'or du 80 m haies.RETOURSUR LEPASSÉ: OCTOBRE1932LA REVUE OLYMPIQUE CONTINUE DE REPRODUIRE LES RICHES HEURES DU MAGAZINE AVEC CECOMPTE RENDU DE L'OUVERTURE DES JEUX DE 1932 À LOS ANGELES, IL Y A 75 ANS EN JUILLET.

IMAGESOLYMPIQUESCLASSIQUESHELSINKI 1952,VOILELe Llanoria (États-Unis), bateau de la classe des 6 m, en route pour lamédaille d'or. Ce sont les derniers Jeuxoù cette classe a concouru. Le Llanoriadéfendit avec succès le titre qu'il avaitacquis aux Jeux à Londres quatre ansplus tôt. Par la suite, ce bateaucontinua de concourir dans cetteclasse et il participe encore à desrégates plus d'un demi-siècle après savictoire olympique. Photo: CIO