page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

80REVUEOLYMPIQUEwww.olympic.orgSÉLECTIONDELIVRESTout au long du siècle passé, les Français ne se sont pasperçus comme une nation sportive. Ce fait peut étonnerceux qui, collés à une activité récente, constatentl'excellente tenue de nos champions d'athlétisme, de ski,d'haltérophilie, de gymnastique, tandis que notre natations'enorgueillit de posséder en Laure Manaudou l'une desmeilleures nageuses actuelles. Mais il n'en a pastoujours été ainsi. Les Français ne considéraient pasl'exercice physique comme une activité essentielle. Lesperformances internationales du sport français, sur plusde 80 ans, ont été rarement un sujet de satisfaction.Le sentiment d'une carence devint criant vers 1960. Onse souvient, en France, de l'inquiétude manifestée parCharles de Gaulle après le naufrage collectif de l'équipede France aux Jeux à Rome (zéro médaille d'or).On prétend que les grandes coupables de cettedéficience musculaire furent les élites du pays quitenaient généralement le sport comme une activitéméprisable. L'origine de ce dédain se trouve-t-il dans lavision catholique du corps perçu comme une «guenille»?Une telle vision des choses s'est traduite par lacaricature du «grand, fort et bête.» Elle a influencé lesméthodes d'enseignement du sport dans le systèmed'éducation nationale à la française. Une anecdotetémoigne de la vigueur d'un tel refus. Henri deMontherlant avait publié en 1924, à 29 ans, LesOlympiques. Quelques années plus tard, interrogé ausujet de sa ferveur pour l'athlétisme, l'écrivain réponditque cela ne l'intéressait plus guère. Le chantre du sportétait passé à l'ennemi.Dans ce contexte, ceux qui ont appelé à une éduca-tion physique digne de ce nom dans le pays de Voltaire sesont référés au modèle britannique: Pierre de Coubertin,Jules Rimet, créateur de la Coupe du monde de football,ou encore Jacques Goddet, le charismatique directeurdu quotidien L'Équipeet du Tour de France cycliste.Néanmoins, dans les années 1910, quelques-uns deces athlètes de l'intellect, guère inquiets de mêler lemuscle et l'esprit, créèrent l'Association des écrivainssportifs. Vers l'an 2000, le président de l'Association,Bernard Destremau (1917-2002), diplomate et écrivain,ancien capitaine de l'équipe de France de tennis, émit lesouhait de produire une anthologie qui présenterait destextes de la soixantaine de lauréats du Grand Prix delittérature sportive, créé et décerné par l'Associationdepuis sa fondation. Cela permettait d'offrir unpanorama assez varié de textes sportifs, tout enprésentant l'Association. Malheureusement, BernardDestremau disparut en 2002. Le flambeau fut repris parson successeur, Monique Berlioux, ancien directeur duCIO, et le projet fut largement modifié. Il s'agit de ratisserANTHOLOGIEDELALITTÉRATURESPORTIVEMON RÊVEOLYMPIQUE Antoine Dénériaz. Édition: Altal, 2006. ISBN: 2-916736-01-8, 157 pages, en français.Une autobiographie d'athlète: peuoriginal pourrait-on penser! Et pourtant, nous avons àfaire, dans cet ouvrage, à l'humanité dans ce qu'ellea de plus combatif et de plus sage. Le sportif nousintroduit dans son monde, celui de la descente en skialpin, et plus largement dans celui du sport et de lacompétition. Le soutien d'une famille et d'une équipeparticulièrement soudée sont tout autant source deréussite que persévérance et propres efforts del'athlète. Antoine Dénériaz prouve par le cheminementde sa vie que, seul, on ne peut atteindre la plus belledes consécrations pour un athlète qui participe auxJeux Olympiques: la médaille d'or!TRIUMPH THE UNTOLDSTORY OF JESSE OWENSAND HITLER'S OLYMPICSJeremy Schaap. Édition: Houghton Mifflin Company, 2007.ISBN: 0-618-68822-6, 272 pages, en anglais.Jeremy Schaap nous livre dans cet ouvrage unemagnifique leçon d'histoire et d'humanité en revenant sur les exploits de Jesse Owens lors des Jeux Olympiques de 1936 à Berlin. Partant de l'enfance de l'athlèteafro-américain dans les années 1920, l'auteur décritson fascinant parcours sportif jusqu'à sa consécrationinternationale aux Jeux Olympiques. Il rend surtoutpalpable l'ambiance d'une Allemagne d'avant-guerre danslaquelle la réussite de Jesse Owens incarne l'antithèse dumythe de la suprématie aryenne prônée par Hitler.Le livreest ponctué de monologues intérieurs et de dialogues ima-ginaires qui renforcent l'aspect documentaire. Il ne s'agitdonc ni d'une biographie complète, ni d'une histoire desJeux Olympiques1936 à Berlin, mais d'un hommagerendu à un homme qui par son courage et sa détermi-nation asu porter les valeurs du sport au plus haut.COPAIN DES SPORTSLE GUIDE DES PETITSSPORTIFS INTERFÉDÉRALBELGE, 1906-2006Serge Guérin. Édition: Milan jeunesse,2006. ISBN: 2-7459-2283-1, 300 pages, en français.Cette nouvelle édition actualisée et complétée du Copaindes Sportsdevrait ravir les sportifs en herbe. Richementillustré de graphiques, schémas et photos, ce guideprésente en détail plus d'une centaine de sports des plusconnus aux plus insolites. Pour chacun d'entre eux, il nousest donné une explication détaillée de l'équipementnécessaire, l'âge adéquat pour le pratiquer, l'organisationdes compétitions, les performances des grands champions,etc. L'auteur propose également une série d'exercices pourchaque sport, ainsi que des astuces pour progresser. Cetouvrage peut aider les «petits sportifs» à choisir un sport ou à s'amuser avec des informations étonnantes. Sélection proposée par la bibliothèque du CIO,1, Quai d'Ouchy, P.O. Box, 1001 Lausanne, Suisse. Tél. +41 (0)21 621 66 11. Fax +41(0)21 621 67 18. Consultez www.olympic.org/library (service de prêts, catalogue en ligne, liste des acquisitions, bibliographies thématiques).ANTHOLOGIE DE LA LITTÉRATURE SPORTIVE; ASSOCIATION DES ÉCRIVAINS SPORTIFS; ÉDITIONATLANTICA. ISBN: 2-84394-993-9. 547 PAGES, EN FRANÇAIS. PRÉSENTÉ PARÉRIC LAHMY.

REVUEOLYMPIQUE 81large, d'aller très au-delà des prix. Le poids de l'ouvrage,qui est sorti des presses en décembre dernier, s'enressent: il réunit la bagatelle de 377 extraits.L'anthologie débute par un rappel signé ThomasBauer, aussi intéressant que scrupuleux et fort érudit, del'origine et du développement de l'Association. Suit untémoignage de Bernard Villard, secrétaire des écrivainssportifs pendant de longues années. L'ouvrage ajoute auxlauréats du Grand Prix des écrivains et des journalistesqui ont montré un vif attachement au sport et à ses joies,comme Joseph-Henry Rosny ou encore Antoine Blondin,chantre talentueux et pétri d'humour du Tour de France et des Jeux Olympiques; on y a greffé aussi de grandsauteurs du patrimoine, dont la rencontre du sport dut êtreplus ou moins anecdotique, comme Victor Hugo, Honoréde Balzac, François-René de Chateaubriand, André Gideou encore François Rabelais. L'effort collectif du bureaudes écrivains, qui compte une championne d'Europe deplongeon, Nicole Pellissard, a permis de résumer dans unaperçu saisissant ce que la littérature du sport en Francea pu produire. Sous cet angle, et sous bien d'autres, jecrois qu'il s'agit là d'une belle réussite.L'auteur a lui-même travaillé à l'élaboration de cetteanthologie sportive et l'un de ses textes y est cité.GIMP: WHEN LIFE DEALSYOU A CRAPPY HAND,YOU CAN FOLD - OR YOUCAN PLAYMark Zupan et Tim Swanson. Édition: Harper Collins Publishers, 2006. ISBN 0-06-112758-X, 276 pages, en anglais.Mark Zupan, actuellement capitaine de l'équipe para-lympique américaine de rugby, livre l'émouvante histoire de sa vie. Il raconte sa carrière de sportif dans l'équipe de soccer de son lycée jusqu'à l'accident tragique qui lelaissa tétraplégique à 18 ans. Avec beaucoup de courage,Mark Zupan relate l'époque de sa vie où tout bascule: ilne pense alors qu'à marcher à nouveau puis sombre dansle désespoir et la solitude. Il évoque ensuite comment lesport, l'amitié et l'amour lui ont permis de reprendre piedet de vivre comme les autres. En 2004, «son» équipegagne la médaille de bronze aux Jeux Paralympiquesd'Athènes. En 2005, il apparaît dans le film documentaireMurderball. Il déclare finalement que cet accident estparadoxalement l'une des meilleures choses qui lui soitarrivée et nous offre ainsi une magnifique leçon de vie.