page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

42REVUEOLYMPIQUELE CIO ET L'ENVIRONNEMENTDepuis les Jeux Olympiques de 1994 àLillehammer - pendant lesquels, pour lapremière fois, les préoccupationsenvironnementales ont attiré une large attention dans lescontexte des Jeux Olympiques - le Comité InternationalOlympique (CIO) a entrepris de s'attaquer aux questionsd'environnement en coopération avec ceux qui partagentses préoccupations. Les agences gouvernementales, lesNations Unies et les groupes de défense del'environnement ont tous joué un rôle crucial dansl'approfondissement du programme environnemental duCIO. Il en va de même pour ses propres partenaires. En effet, depuis de nombreuses années, lespartenaires TOP partagent leur expertise, leurscompétences et leurs solutions avec le Mouvementolympique pour l'aider à organiser de grands JeuxOlympiques. Leur contribution et leur soutien se sontrévélés très précieux. Lorsque les comitésd'organisation ont commencé à être plus attentifs àl'impact des Jeux sur l'environnement, les sponsors sesont joints à eux pour relever le défi. Aujourd'hui, ilsproposent des solutions innovantes qui rendent possibleun «verdissement» des Jeux. Ils offrent une mise enperspective qui aide les organisateurs à concevoirl'impact économique, social et environnemental réel deleurs actions, ils apportent avec eux la compréhensiondu marketing qui facilite la diffusion des messages duMouvement olympique sur l'environnement. Avant tout,ils représentent un exemple convaincant de ce quesignifie être bon citoyen et défenseur de la planète. Le CIO a ainsi découvert que les partenaires des Jeuxfigurent parmi les entreprises les plus engagées dansla protection de l'environnement et le développementdurable. La preuve en est, non seulement, dans lestechnologies et les pratiques commercialesrespectueuses de l'environnement employées pourgénérer leurs produits et services, mais aussi dansleurs activités philanthropiques et de marketing. Coca-Cola et GE n'en sont que deux exemples. Coca-Cola est un partenaire olympique mondialdepuis 1928, depuis plus longtemps qu'aucun autre.Coca-Cola a été l'un des premiers, également, àsoutenir le nouveau programme environnemental duCIO et ce en proposant 2 500 récipients de recyclagesur les sites olympiques à Nagano, Japon, lors desJeux Olympiques d'hiver de 1998. Depuis lors, cettesociété n'a pas cessé d'utiliser les Jeux Olympiquespour sensibiliser à la problématique de l'environnementet exposer ses plus récentes pratiques, produits etservices respectueux du milieu ambiant. Par exemple,à Salt Lake City en 2002, Coca-Cola a introduit lepremier circuit fermé de recyclage pour les bouteillesen plastique à des Jeux ainsi que les premiers gobeletsde boissons fraîches 100% biodégradables. À Athènesen 2004, la société a proposé avec McDonald's etUnilever le programme «Refrigerants, Naturally!»(Réfrigérant, naturellement!), initiative volontaire visantà promouvoir les technologies de réfrigération plusrespectueuses de l'environnement dans le contexte duchangement climatique global. Cette initiative volontairea depuis lors gagné le soutien du Programme desNations Unies pour l'environnement et Greenpeace.Pour montrer son engagement dans la réfrigérationdurable, Coca-Cola a installé plus de 600 distributeurs de boissons sur les sites des Jeux d'Athènes. Cesmachines étaient uniques car elles utilisaient dudioxine de carbone comme gaz réfrigérant. En effet,cette méthode de réfrigération alternative préserve leclimat en supprimant l'usage des chlorofluorocarbones(CFC) et des hydrofluorocarbones (HFC) qui dégradentla couche d'ozone. Coca-Cola a également déployé lessystèmes de réfrigération sans HFC sur tous les sitesdes Jeux Olympiques de 2006 à Turin. ?Ci-dessus, extrême gauche L'éclairage LED, faibleconsommateur d'énergie de GE, illumine le bâtimentdu BOCOG et le logo olympique. Ci-dessus à gaucheUne membrane de filtrage pour le traitement deseaux usées capable de recycler 80 000 m3d'eau par jour utilisée pour l'entretien des paysagesolympiques. À droiteÉlèves et professeur lors d'uneclasse verte mise en place par Coca-Cola au Palaisde la culture du peuple pour sensibiliser les enfantsau respect de l'environnement.UNE PRIORITÉ ABSOLUE LES PARTENAIRES MONDIAUXDU MOUVE-MENT OLYMPIQUE JOUENT LEUR RÔLE POURRENDRE LES JEUX AUSSI VERTS QUE POSSIBLE.«LA MANIFESTATION LA PLUS IMPORTANTE DU MONDE PROPOSE UNE SCÈNE UNIQUE POUR EXPOSER L'ENGAGEMENT DES ENTREPRISES À L'ÉGARD DE L'ENVIRONNEMENT.»PÁL SCHMITT PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE L'ENVIRONNEMENT DU CIO

www.olympic.orgREVUEOLYMPIQUE43LE CIO ET L'ENVIRONNEMENT