page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

74REVUE OLYMPIQUEMES JEUXParticiper aux Jeux Olympiques est uneexpérience très différente de n'importe quellecompétition de haut niveau. Avant mon départpour les Championnats du monde, on m'arrêtait dans larue pour me souhaiter bonne chance. Avant les Jeux,les gens disaient plutôt: «rapporte-nous une médaille»,comme s'ils vivaient les Jeux avec moi! Je savais jusqu'où je voulais aller dans ma carrièrede biathlon et j'avais conçu les différentes étapes parlesquelles je devais passer pour y parvenir. Monintention était de commencer par les Jeux à Salt LakeCity, suivie d'une participation aux Jeux à Turin avecéventuellement une médaille, et ensuite décrocher l'orà Vancouver. Remporter déjà ma première médaille debronze à Salt Lake City a tout chamboulé. À Turin, j'aicommencé par obtenir l'or en poursuite individuelle,puis la médaille de bronze dans le relais. C'est une sensation étrange et merveilleuse dedevenir champion olympique. Je me souviens d'AntoineDénériaz deux jours avant ma course à Turin, je me suisdit: «Ouah, il est champion olympique!» Deux jours plus tard c'était mon tour. Peut-êtrequ'Antoine m'a transmis la «touche en or»!Ma course à Turin fut vraiment optimale. Lespositions de départ en individuel sont déterminées parle sprint qui se déroule quelques jours plus tôt. J'étaiscinquième et lorsque des journalistes m'ont demandési j'étais déçu, j'ai répondu: «Sûrement pas!» Je savaisque j'étais bien préparé et que j'étais prêt à tout donner. Le jour dit, je me suis entièrement concentré surma course. Tout s'est bien enclenché le moment venuet je savais que je l'avais en moi. Parfois, je medemande si une part de chance ne m'a pas aidé àremporter la médaille d'or et puis je fais un retour enarrière et je vois bien que c'est le résultat d'annéesd'entraînement et de préparation minutieuse. Les minutes qui suivent la course sont floues,mais ce fut extrêmement intense. Énormément degens se pressent autour de toi pour te féliciter avantd'être accompagné à la conférence de presse. La remise de la médaille, plus tard dans lajournée, fut un épisode fabuleux. J'ai eu la chance deme retrouver sur le podium avec Ole Einer Bjoerndalenet Sven Fischer, deux biathlètes extrêmementimpressionnants que j'apprécie beaucoup. Le plustouchant fut de voir qu'ils étaient tous les deuxsincèrement ravis que j'aie gagné. Nous sommes devieux amis et j'ai beaucoup de respect pour eux. Quatre ans plus tard aux Jeux à Vancouver, j'ai eul'honneur d'être le porte-drapeau de la délégationfrançaise à la cérémonie d'ouverture. Ce n'est pas uneoffre à prendre à la légère. J'ai été particulièrement fierde conduire «mon équipe» aux Jeux Olympiques. Le plus émouvant pour moi aux cérémoniesolympiques est l'instant de l'allumage de la flamme audébut des Jeux puis, deux semaines plus tard, celui oùelle est éteinte. À Vancouver, je me souviens d'avoirpensé au moment où elle disparaissait que c'était ladernière fois que je vivais cela en tant qu'athlète.» ?À droite:Vincent skie vers l'or dans l'épreuvemasculine de la poursuite individuelle à Turin.MES JEUXVINCENTDEFRASNEEN GAGNANT L'OR EN 2006, LE BIATHLÈTE FRANÇAIS, VINCENT DEFRASNE, ACCOMPLIT SON RÊVEOLYMPIQUE. SON PALMARÈS OLYMPIQUE COMPREND ÉGALEMENT DEUX MÉDAILLES DE BRONZE ETL'HONNEUR DE PORTER LE DRAPEAU À LA CÉRÉMONIE D'OUVERTURE À VANCOUVER.INTERVIEW:KATHLEEN DI GIACOMOSALT LAKE CITY 2002Bronze: relais masculinTORINO 2006 Or: poursuiteindividuelle; Bronze: relais masculin