page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

manière ludique et sécurisée, afin de garder contact une fois les Jeux terminés.«C'est tellement cool, apprécie Lisi Gram, championne autrichienne de ski halfpipe. Vous mettez juste les deux YOGGERs en contact et quand la lumière passe au vert, toutes les infos ont été transférées. Je me suis fait des tas d'amis.»Le succès du programme sportif et du PCE à Innsbruck a de nouveau prouvé àau président Rogge que les JOJ sont un concept porteur. «Après les deux très bonnes premières éditions à Singapour et à Innsbruck, il est évident que ce concept qui allie sport, culture et éducation est bien accepté par les fédérations et par les athlètes», dit-il. Gilbert Felli, directeur exécutif des Jeux Olympiques du CIO, souligne quant à lui que les JOJ sont désormais fermement établis dans le paysage olympique. «Ce que nous avons démontré à Singapour et à Innsbruck, c'est que les gens commencent à comprendre et à aimer les Jeux Olympiques de la Jeunesse, dit-il. C'est quelque chose de différent qui ne s'adresse qu'aux jeunes et qui les prépare le mieux possible à leurs futures carrières.»Les jeunes athlètes ne tarissaient pas d'éloges pour les JOJ. Pour le skieur de fond britannique Scott Dixon «ces Jeux étaient fantastiques. C'est sans doute la meilleure semaine de compétition de ma vie, sans compter l'amitié et la sportivité tout simplement fabuleuses.»Médaille d'or du combiné, la Suédoise Magdalena Fjällström, le reconnaît, elle aussi, «c'est la plus belle de mes compétitions, dit-elle.Tout était parfait.»Les JOJ ont reçu le soutien massif du public. Plus de 110 000 spectateurs se sont massés aux épreuves durant les Jeux, d'où une ambiance vivante sur chacun des sites. Particulièrement populaire, le hockey sur glace a attiré près de 190 000 fans durant les Jeux, et plusieurs milliers de personnes ont apprécié les remises de médailles et les concerts en nocturne sur la place des victoires, située en plein centre ville.Le succès d'Innsbruck 2012 apparaît aussi évident si l'on en juge par les reportages des médias. Quotidiennement, les chaînes de télévision de 70 pays en ont diffusé les grands moments, tandis que le site Internet officiel www.innsbruck2012.com a été consulté plus de 4,7 millions de fois.«Ces Jeux ont donné lieu à tant de premières et à tant d'instants incroyables pour les athlètes et tous ceux qui y ont participé, souligne Jacques Rogge. Innsbruck a représenté la superbe continuation de la tâche excellente accomplie aux 1ers JOJ de 2010 à Singapour. Et cela augure bien pour l'avenir des Jeux Olympiques de la Jeunesse.» ?Ci-dessous: les perfor-mances sportives de haut niveau, les expériences inspirantes du PCE et les ambas-sadeurs ont contribué au succès d'Innsbruck 2012.REVUE OLYMPIQUE 33JEUX OLYMPIQUES DE LA JEUNESSE D'HIVER

JEUX OLYMPIQUES DE LA JEUNESSE D'HIVER34 REVUE OLYMPIQUE L orsque vous prévoyez d'échanger la Barbade ensoleillée contre la ville enneigée d'Innsbruck, inévitablement, il y aura beaucoup d'appréhension. Tandis que je retrouvais, pour la deuxième fois, mon poste de jeune reporter du CIO à Innsbruck, j'étais un peu nerveux. À dire vrai, pour un Caribéen, se rendre dans la superbe région du Tyrol autrichien implique l'idée de la neige, ce qui ne va pas sans un mélange d'anxiété et d'excitation. Je devais y retrouver 15 de mes collègues, groupe international et varié avec lequel j'avais eu le plaisir de travailler à l'été 2010 aux 1ers JOJ à Singapour. À Innsbruck, nous devions là encore rendre compte des Jeux et produire du contenu à imprimer et à diffuser sur les ondes, ainsi que des images. Notre travail était diffusé sur www.innsbruck2012.com,site officiel qui a reçu plus de 4,7 millions de visites durant les dix jours de compétition. Anthony Edgar, chef des opérations médias du CIO, était de nouveau le superviseur du groupe. Tracey Holmes,