page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

REVUE OLYMPIQUE 73LONDRES 2012GYMNASTIQUE KOHEI UCHIMURAAPRÈS AVOIR REMPORTÉ L'ARGENT DANS LES ÉPREUVES INDIVIDUELLE ET PAR ÉQUIPES DU CONCOURS GÉNÉRAL AUX JEUX DE 2008 À BEIJING, LE JAPONAIS KOHEI UCHIMURA, AUSSI TRIPLE CHAMPION DU MONDE DU CONCOURS GÉNÉRAL, VISE MAINTENANT L'OR À LONDRES. MAIS SA PRIORITÉ RESTE FIXÉE SUR LE SUCCÈS DE L'ÉQUIPE JAPONAISE.

À droite: Stephan Eberharter remporte l'or du slalom géant à Salt Lake City en 2002. NAGANO 1998Argent: slalom géantSALT LAKE CITY 2002Or: slalom géant Argent: super-G Bronze: descenteINTERVIEW: MICHAEL STONEMANMES JEUX STEPHAN EBERHARTERAPRÈS AVOIR SURGI SUR LA SCÈNE DU SKI ALPIN ET REMPORTÉ DEUX TITRES MONDIAUX EN 1991, L'AUTRICHIEN STEPHAN EBERHARTER SORTIT DE PISTE AUX JEUX DE 1992 ET MANQUA CEUX DE 1994 À CAUSE D'UNE BLESSURE. IL REVINT EN 1998 ET GAGNA L'ARGENT DU SLALOM GÉANT, PUIS DÉCROCHA TROIS MÉDAILLES OLYMPIQUES À SALT LAKE CITY EN 2002.J'ai toujours bien supporté la pression et donc, la veille de ma première épreuve olympique en 1992, j'ai bien dormi. J'étais jeune, j'étais excité et je voulais gagner. Mais ma santé et mon niveau de forme n'allaient pas sans aléas. J'ai participé au combiné et j'ai échoué. Puis je me suis blessé à l'entraînement du super G. Tout était donc fini pour ces Jeux. C'est toujours frustrant de ne pas atteindre ses objectifs, mais je me suis dit: «Tu es jeune et tu as encore plein d'années pour concourir et prouver ton talent.»J'ai manqué les Jeux à Lillehammer en 1994 à cause d'une blessure, mais je savais que la chance se représenterait de revenir faire partie de la famille olympique.S'en est suivi une longue période où rien n'allait comme je voulais et où j'étais blessé. Mais en 1998, l'année a été fabuleuse. J'ai obtenu d'excellents résultats en Coupe du monde et j'ai intégré l'équipe olympique. Les Jeux de Nagano restent un souvenir très spécial. J'y ai gagné l'argent derrière Herman Maier qui était le meilleur coureur à l'époque. Pour moi, c'était extraordinaire de remporter une médaille olympique.En 2002, j'étais quasiment sûr d'aller à Salt Lake City car l'année de Coupe du monde avait été excellente. J'étais le grand favori en descente et tout le monde disait que l'or m'était réservé. J'avais gagné cinq épreuves de Coupe du monde cette année-là. Mais, le jour J, c'est Fritz Strobl qui a gagné et j'ai fini troisième. J'avais de bonnes chances au super-G, mais j'ai fait une erreur énorme et ai terminé deuxième, à un dixième de seconde près. J'ai mis un jour à m'en remettre et à essayer de comprendre ce qui s'était passé. Heureusement, nous devions aller sur le site de Park City pour le slalom géant, ce qui m'a permis d'écarter les mauvaises impressions des épreuves précédentes.Par la suite, j'ai repris confiance et je skiais presque parfaitement ! Je me suis dit: «Maintenant, risque tout. Peu importe si tu tombes - donne ce que tu as. Tu vas y arriver.» Et j'ai réussi!Vous n'auriez pas pu pas en faire un film. Troisième, puis deuxième et enfin, je gagne l'or! C'était ma dernière épreuve olympique et je n'étais pas l'un des favoris mais j'ai gagné. Du coup, le monde était génial. Je n'oublierai jamais ces émotions. ?74 REVUE OLYMPIQUE MES JEUX