page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

44 REVUE OLYMPIQUELONDON 2012 SPORTS

REVUE OLYMPIQUE 61MODE OLYMPIQUEvestes blanches et canotiers, les Français moulés dans leurs pullovers, la délégation allemande en costume bleu nuit. Au fil des ans, la mode olympique devint l'arbitre des élégances. Ainsi, le pull de ski des Jeux d'hiver de 1928 à St Moritz fut en vogue sur les pentes durant toutes les années trente. Il était sans doute inévitable que les tenues des athlètes, des maîtres de cérémonie et autres volontaires des Jeux, en viennent à exprimer la culture du pays hôte, qu'il s'agisse du dirndl bavarois à Munich en 1972 ou du wonsam modernisé à Séoul (1988). Toutefois, certains furent moins réussis que d'autres. À la réflexion, on peut se demander si les tenues homard des allemandes et les sombréros qui les coiffaient à Mexico en 1968 furent tout à fait appropriées. surtout à côté des robes à motifs géométriques des hôtesses (portées, a contrario de la mode de l'époque, plusieurs doigts sous le genou). Au fil des ans, les Jeux furent aussi l'occasion de tenues flamboyantes. Et ce, pas plus tard qu'à Vancouver en 2010. Les combinaisons des hommes du patinage artistique ne ratèrent pas leur cible. Sports Illustrated, magazine sportif américain, s'en fit l'écho: «Jamais, hormis ceux des Ballets Trockadero, les patineurs ne s'étaient parés d'aussi folle et extravagante façon avec autant de paillettes théâtrales pour atteindre l'or à coup de pirouettes stupéfiantes.» La garde-robe des 25 000 volontaires de Vancouver fut aussi glorieuse. Avec leur veste bleu électrique et leurs mitaines rouges - d'où leur surnom de «Schtroumpfs» - ils étaient immanquables. Nul doute qu'ils chériront cet uniforme leur vie durant. Comment reconnaîtra-t-on les quelque 70 000 «Games Makers» (les faiseurs de À gauche: accueil avec style: la robe emblé- matique de Mexico en 1968.En haut, à droite: nouveautournant pour le patinage artistique à St Moritz en 1928. Tout à droite: le wonsam, robe traditionnelle à Seoul en 1988. À droite: la mode chauffe les coeurs et les mains à Vancouver.Ci-dessous: le dirndl fut fièrement porté par les volontaires du pays hôte, l'Allemagne, en 1972.Jeux) de Londres 2012? Cherchez les polos violet foncé et rouge coquelicot qui, inspirés des uniformes des grenadiers, sont ornés de boutons gravés avec l'image de Big Ben et du parlement britannique.Et, pour preuve supplémentaire que la mode olympique s'est vraiment échappée des stades, il suffisait de jeter un oeil sur les semaines du prêt-à-porter où des médaillés potentiels de Londres 2012 ont joué aux mannequins pour des collections inspirées par les Jeux des grands noms de la profession, avant de partir à la conquête des grandes artères commerçantes. ?