page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

À quel âge avez-vous commencé le badminton? J'ai commencé à jouer à l'école, j'avais 11 ans. Quand j'avais 15 ou 16 ans, j'ai décidé de me concentrer sur le badminton et j'ai déménagé à Sofia, loin de mes parents, pour devenir joueuse professionnelle.Comment la bourse de la Solidarité Olympique vous a-t-elle aidée? La plupart du temps je l'ai utilisée pour m'aider dans ma préparation et pour participer à des tournois. C'est très rassurant de savoir que j'ai le soutien de ce programme. C'est une excellente idée d'aider les joueurs de cette façon-là.Quel a été votre plus grand accom-plissement sportif jusqu'à présent? Parvenir en quarts de finale aux Jeux à Athènes en 2004, atteindre les demi-finales des Jeux All England en 2011 et gagner une deuxième place aux Championnats d'Europe dans le double féminin en 2010. Quelle a été votre expérience aux Jeux Olympiques en 2004? C'était mes premiers Jeux et c'était fabuleux d'en faire partie. J'étais particulièrement motivée pour donner tout ce que j'avais.Quels sont vos objectifs à Londres 2012? J'ai besoin d'avoir une forme excellente, de jouer mon meilleur match et d'espérer que les résultats suivront. Je m'efforce toujours de lutter pour la médaille et j'espère qu'un jour j'y parviendrai.Quelles sont vos perspectives d'avenir? J'espère continuer à jouer et plus tard devenir entraîneur ou continuer à travailler dans le sport d'une manière ou d'une autre.À quoi ressemble une semaine d'entraînement typique pour vous? Normalement, je m'entraîne deux fois par jour, deux heures le matin et deux heures dans la soirée. Selon le stade de ma préparation, j'ai aussi des séances de conditionnement physique et de maintien de la forme tous les deux jours.Qu'aimez-vous faire dans vos moments de détente? Généralement, je passe du temps en famille et avec mes amis.Utilisez-vous des réseaux sociaux pour rester en contact avec votre entourage?Comme tout le monde, j'utilise Facebook pour rester en contact avec les gens. Parfois c'est le seul moyen pour ça!Aviez-vous des héros sportifs quand vous étiez plus jeune?Mia Audina, Zhang Ning et Taufik Hidayat. Les deux filles jouaient à un très bon niveau et c'était un plaisir de jouer contre elles. Et Taufik est mon joueur de badminton favori.PETYA NEDELCHEVAAVEC L'AIDE DE LA SOLIDARITÉ OLYMPIQUE, LA JOUEUSE DE BADMINTON BULGARE CONCOURRA POUR LA 3E FOIS AUX JEUX, À LONDRES CET ÉTÉ.INTERVIEWLa Solidarité Olympique est l'organisme qui permet aux athlètes, quelles que soient leurs possibilités financières, de disposer d'une chance égale de se rendre aux Jeux Olympiques et d'y réussir. Elle administre et gère la part des revenus des Comités Nationaux Olympiques (CNO) provenant de la vente des droits de retransmission des Jeux Olympiques. Ces fonds financent une série de programmes d'aide, en collaboration, notamment, avec les CNO défavorisés et leurs associations continentales. Dans le cadre de son budget général, la Solidarité Olympique consacre USD 61 millions au soutien des athlètes durant la période quadriennale 2009-2012.SOLIDARITÉ OLYMPIQUEREVUE OLYMPIQUE 67SOLIDARITÉ OLYMPIQUE

Comment vous êtes-vous mise à la gymnastique?Le sport a toujours attiré mon attention et quand j'étais petite, je débordais d'énergie, ce qui m'a énormément aidée en gymnastique.Comment la bourse de la Solidarité Olympique vous a-t-elle soutenue?Pour l'instant, la bourse m'aide à poursuivre mes études.ANA SOFÍA GÓMEZ PORRASLA GYMNASTE GUATÉMALTÈQUE ANA SOFÍA GÓMEZ PORRAS ESPÈRE QUE SA BOURSE DE LA SOLIDARITÉ OLYMPIQUE L'AIDERA À BRILLER AUX JEUX CET ÉTÉ. INTERVIEWVous avez concouru aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour. Comment était-ce pour vous?Ces Jeux Olympiques de la Jeunesse ont représenté l'une des meilleures expériences de toute ma vie. Il faut dire que comme c'était ma première compétition internationale et que le niveau était très élevé, j'ai trouvé toute l'expérience très stimulante. Comment, selon vous, votre expérience à Singapour vous a-t-elle aidée dans votre carrière?Je crois que c'était très important car, quand j'étais aux JOJ, j'ai concouru contre des rivales très douées que je rencontrerai régulièrement à l'avenir. J'ai pu aussi me rendre compte que j'avais les capacités de concourir au niveau international.Quels ont été vos meilleurs accom-plissements sportifs jusqu'à présent?Me qualifier aux Jeux Olympiques et décrocher le bronze dans le concours général et l'or à la poutre aux Jeux panaméricains en 2011 à Guadalajara.Quels sont vos objectifs à Londres cet été?Je souhaiterais faire de mon mieux en compétition et j'espère bien gagner une médaille.À quoi ressemble une semaine d'entraînement typique pour vous?C'est une semaine pleine de difficultés et de possibilités!Qu'aimez-vous faire à vos moments perdus?J'adore regarder la télévision et essayer de nouveaux gadgets. J'écoute aussi toutes sortes de musique.Utilisez-vous les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook pour garder le contact?Oui, j'utilise les réseaux sociaux pour savoir ce que font les gens et aussi pour voir si on est en contact avec moi.Aviez-vous des héros sportifs quand vous étiez plus jeune?J'ai toujours énormément admiré Rafael Nadal. C'est vraiment un très grand joueur de tennis.68 REVUE OLYMPIQUE SOLIDARITÉ OLYMPIQUE