page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84
page 85
page 86
page 87
page 88
page 89
page 90
page 91
page 92
page 93
page 94
page 95
page 96
page 97
page 98
page 99
page 100
page 101
page 102
page 103
page 104
page 105
page 106
page 107
page 108
page 109
page 110
page 111
page 112
page 113
page 114
page 115
page 116
page 117
page 118
page 119
page 120
page 121
page 122
page 123
page 124
page 125
page 126
page 127
page 128
page 129
page 130
page 131
page 132
page 133
page 134
page 135
page 136

78ENSEIGNER LES VALEURS SECTION 4 LES CINQ VALEURS ÉDUCATIVES DE L'OLYMPISME AVANT DE LIRE – QUESTIONS À POSER Vos corps sont faits pour bouger. Que cela signifie- t- il selon vous ? Êtes- vous en forme ? Comment le savez- vous ? LECTURE Composantes de la forme physique : Endurance du coeur et des poumons : Coeur et poumons sont des muscles qui fonctionnent mieux avec beaucoup d'exercice. « En forme » , ils pomperont plus d'oxygène que toute autre partie de mon corps. Lorsque le coeur et les poumons fonctionnent mieux, il en va de même pour les autres parties du corps. Force musculaire : Jusqu'où puis- je mouvoir mon corps ou un objet ( tirer dans un ballon, ou sauter, par ex.) ? Endurance musculaire : Combien de fois puis- je répéter le mouvement de mon corps ou d'un objet ? Souplesse : Ma capacité à m'étirer, me courber et tourner les muscles et articulations de mon corps. Composition du corps : De quoi mon corps se compose- t- il ? La graisse, c'est des tissus sous la peau, dans mes muscles et autour de mes organes. J'ai besoin de graisse pour mon énergie, pour maintenir mon corps à bonne température et protéger mes organes. Trop de graisse ou pas assez peut rendre l'activité physique pénible et entraîner des problèmes de santé. Détente : Le rire est un bon médicament. La chimie produite par mon corps lorsque je ris, que je m'amuse et que je m'active physiquement me rend heureux, réduit ma tension et m'aide à demeurer en bonne santé. ACTIVITÉ SUGGÉRÉE Lisez les phrases dans l'encadré. Complétez les en cochant les cases qui correspondent le mieux à ce qui est dit. Puis ajoutez deux de vos activités préférées et cochez les cases qui finissent les phrases. Puis cochez la case à côté des phrases avec les activités qui vous paraissent amusantes. CETTE ACTIVITÉ AMÉLIORERA : A B C D E F Si je nagetous les jours, j'améliorerai Si je marchetous les jours, j'améliorerai Si jesauteà la cordetous les jours, j'améliorerai Si je lanceune balletous les jours, j'améliorerai Si je joue au basketball, j'améliorerai Si je joue au volleyball, j'améliorerai Si je .............................. tous les jours, j'améliorerai Si je .............................. tous les jours, j'améliorerai A mon endurance cardiaque et des poumons Dma souplesse Bma force musculaireE ma composition du corps Cmon endurance musculaireFma détente CORPS ET IMAGE : VOTRE PLAN FORME Utilisez cette activité pour aider les élèves à comprendre les composantes de la forme physique et à commencer un plan précisant les objectifs propres à leur maintien en forme. À gauche : Lake Placid 2005, Lea Ann Parsley, de l'équipe américaine de skeleton, s'échauffe avant sa descente d'entraînement.

ENSEIGNER LES VALEURS UN MANUEL D'ÉDUCATION OLYMPIQUE AVANT DE LIRE – QUESTIONS À POSER Quels sports de votre pays ont leur origine dans les débuts de son histoire ? Qui pratiquaient ces sports ? Quand les pratiquaient- ils ? Quels équipements utilisaient- ils? Comment étaient choisis les vainqueurs ? Comment étaient- ils récompensés ? LECTURE Courir, sauter, lancer et lutter sont quatre activités qui ont toujours existé dans toute société humaine. Avant d'être nommés sports, certains mouvements avaient – et peut- être ont encore – un sens en rapport avec l'identité, le rituel, la guerre, la politique ou la religion. La nécessité pour les humains de se défendre contre les attaques d'autres humains ou d'animaux prédateurs a rendu universels des mouvements comme la fuite ou la lutte. Ils existent dans toutes sociétés, entraînant la création de rites et de jeux, de rituels et de sports. Être fort et si possible le plus fort, face aux prédateurs ou à l'ennemi a toujours été essentiel. Nombre de moyens d'assurer la victoire ont ensuite pris forme, tels les aides physiques, les armes, les stimulants à base de plantes et rituels magiques. EXEMPLES DE SPORTS TRADITIONNELS Nadaam – le festival Nadaam, est le plus important de l'année en Mongolie. Il se déroule en juillet, sur trois jours dans tout le pays et célèbre les plus grands athlètes de la course à cheval, du tir à l'arc et de la lutte, les sports mongoliens les plus populaires. Les femmes y prennent part dans toutes les catégories sauf la lutte. La capoeiraest un art martial afro- brésilien inventé par les esclaves africains au Brésil il y a plusieurs siècles et qui combine danse, acrobaties et musique avec des techniques de combat. Les joueurs forment une roda ( cercle). D'autres se tiennent sur le bord du cercle en attendant leur tour de jouer des instruments. Tout le monde chante etattend son tour de d'entrer dans le cercle. Les mouvements les plus fréquents dans le cercle sont les roues, équilibres sur la main, toupies de la tête, détentes des mains, sauts et sauts renversés. Personne ne compte les points et une fois que le jeu prend son allure, les joueurs passent par une série de mouvements de danse explosifs. À la différence de la boxe, la capoeira n'a pas pour but de bousculer ou de blesser l'adversaire. Il s'agit plutôt de maîtriser une pratique, de s'assurer que ses mouvements sont précis et stylisés et de faire l'expérience de la musique dans le cercle. Sumo – c'est un type de lutte et le sport national du Japon. À l'origine dans les temps anciens, il divertissait les dieux Shinto. Nombre de rituels sont toujours en usage de nos jours. Les règles du sumo sont simples. Le lutteur qui le premier touche le sol avec autre chose que ses semelles ou qui quitte le tapis avant son adversaire, perd. Les combats eux- mêmes ne durent en général que quelques secondes et, plus rarement, une minute ou plus. La plupart des lutteurs dont le niveau d'entraînement est très élevé ont entre 20 et 35 ans. Avant de s'entraîner, ils ingèrent de vastes quantités de nourriture et se couchent pour constituer de la masse graisseuse. Ils vivent dans des écuries sumo où les règles sont très strictes, notamment pour les lutteurs subalternes. Wushu – c'est un art martial chinois. « Wu » signifie guerre et « shu » art. Des centaines de pratiques différentes ont existé dans la longue histoire de ce sport, mais certaines des séquences de mouvement ainsi que les principes fondamentaux de bonne santé et de combat et les démonstrations publiques de ses qualités et de son art sont communs à toutes. Sports traditionnels polynésiens– les activités sportives traditionnelles toujours pratiquées en Polynésie comprennent le lancer de lance ( teka), les courses de canoë, lutte, boxe ( motora'a), tir à l'arc et surf. Pour plus d'informations : http:// www. tahitiguide. com/@ en-us/ 3/ 52/ 605/ article. asp Ci- dessus: Mongolie 2005, Jeunes cavaliers sino- mongoliens en pleine course lors du festival Naadam sur le terrain de la steppe Gegental en Mongolie chinoise. Le cavalier qui l'emporte gagne un minibus et le 2e une moto. RACINES ET RITES : LA CULTURE DU SPORT3 SECTION 4 LES CINQ VALEURS ÉDUCATIVES DE L'OLYMPISME ENSEIGNER LES VALEURS 79 Dans cette activité, les élèves sont invités à quitter le Stade olympique et à découvrir les sports raditionnels de divers patrimoines culturels. Beaucoup de ces sports sont toujours pratiqués. 3 Adapté de Chevalley, A. et Bouverat, M. 2005. À la recherche des racines des origines du sport, rites, Identités. Lausanne: Comité International Olympique.