page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
page 7
page 8
page 9
page 10
page 11
page 12
page 13
page 14
page 15
page 16
page 17
page 18
page 19
page 20
page 21
page 22
page 23
page 24
page 25
page 26
page 27
page 28
page 29
page 30
page 31
page 32
page 33
page 34
page 35
page 36
page 37
page 38
page 39
page 40
page 41
page 42
page 43
page 44
page 45
page 46
page 47
page 48
page 49
page 50
page 51
page 52
page 53
page 54
page 55
page 56
page 57
page 58
page 59
page 60
page 61
page 62
page 63
page 64
page 65
page 66
page 67
page 68
page 69
page 70
page 71
page 72
page 73
page 74
page 75
page 76
page 77
page 78
page 79
page 80
page 81
page 82
page 83
page 84

REVUE OLYMPIQUE31 CONGRÈS OLYMPIQUE internationale de sports d'hiver » . Elle eut lieu à Chamonix cette année là et fut plus tard reconnue officiellement comme les premiers Jeux Olympiques d'hiver. À Prague en 1925, les délégués recommandèrent que les Jeux Olympiques soient limités à deux semaines, une tradition qui s'implanta avec les Jeux suivants à Amsterdam en 1928. Auparavant, les Jeux Olympiques étaient une affaire qui s'étirait sur plusieurs semaines sinon des mois. Les débats du Congrès olympique de Berlin en 1930, le dernier avant plus de 40 ans, furent à certains moments fiévreux mais ensuite les FI acceptèrent de prendre davantage la responsabilité des procédures techniques aux Jeux Olympiques, laissant au CIO plus de temps pour traiter des questions fondamentales telles que l'amateurisme ou le sport comme instrument politique. En 1973, malgré cette longue interruption, le Congrès reprit où il s'était interrompu. Les discussions à Varna ( Bulgarie) servirent de tremplin à une règle nouvelle qui autorisa l'aide financière à l'entraînement en haut niveau. En 20 ans, les Jeux s'ouvrirent pratiquement complètement aux professionnels, ce qui permit à la « Dream Team » de basketball, aux champions de tennis comme Steffi Graf et Roger Federer et aux joueurs de football tels que le Brésilien Ronaldinho d'apparaître sur la scène olympique. Au Congrès de 1981 à Baden- Baden ( Allemagne), les athlètes jouèrent pour la première fois un rôle de chef de file et Kip Keino, Sebastian Coe et le gardien de but de hockey- sur- glace soviétique Vladislav Tretyak s'y exprimèrent. Leurs contributions résonnèrent avec une authenticité que personne ne se permit de contredire, ce qui ouvrit la voie à la création de la commission des athlètes du CIO. Le Congrès olympique du centenaire se tint en 1994, à Paris, comme le premier. Il donna l'impulsion en termes de protection de l'environnement qui fut déclarée composante essentielle de l'Olympisme. Depuis 1994, la procédure de candidature à l'organisation de tous les Jeux Olympiques exige des villes candidates qu'elles proposent un programme environnemental. Dans sa lettre d'invitation au Congrès olympique inaugural en 1894, Pierre de Coubertin écrivait: « Il est nécessaire de préserver le caractère noble et chevaleresque qui distinguait l'athlétisme par le passé, afin qu'il continue effectivement à jouer la même part admirable dans l'éducation du monde moderne que les maîtres grecs lui avait assignée... La réforme s'impose mais avant d'être entreprise, elle doit être débattue. » Aujourd'hui, le Mouvement olympique est par bien des aspects plus fort que jamais, cependant, des décisions capitales devront être prises dans un proche avenir s'il veut conserver sa force et sa pertinence dans le monde moderne. Nombre de décisions seront fondées sur les débats qui se dérouleront au 13eCongrès olympique à Copenhague. ¦

32REVUE OLYMPIQUE CONGRÈS OLYMPIQUE L es préparatifs du 13e Congrès olympique intitulé: « Le Mouvement olympique dans la société » ont débuté en 2007, avec l'appel aux contributions lancé officiellement à tous les membres de la famille olympique par le président du CIO Jacques Rogge à la Session du CIO au Guatemala. Parallèlement, Jacques Rogge a aussi annoncé l'originalité de ce Congrès: la mise en place absolument inédite du Congrès olympique virtuel. Le Congrès olympique virtuel est une composante importante de la préparation du 13eCongrès de Copenhague en octobre. Au moyen de cette plateforme Internet, tous les membres de la famille olympique ont été invités à transmettre leurs réflexions sur les thèmes en discussion en prévision du Congrès. Mais grâce à une initiative audacieuse du CIO, le Congrès olympique virtuel a aussi été ouvert au grand public, lui permettant de présenter son point de vue sur deux des cinq thèmes en discussion. Ce type de participation publique est une première en 115 ans d'histoire des Congrès olympiques. Conçu pour « prendre le pouls » du grand public, le Congrès olympique virtuel a permis au CIO de collecter une série de points de vue sur le Mouvement olympique plus vaste que jamais auparavant. Le site a été inauguré en octobre 2007 pour les contributions des membres de la famille olympique et ouvert au public en janvier 2008. Les participants hors du Mouvement olympique pouvaient soumettre une contribution écrite de 1 000 mots ou moins sur deux des cinq thèmes du congrès. « C'est un moment exaltant pour le Mouvement olympique » , a déclaré le président Jacques Rogge. « La communication moderne a permis de recevoir les points de vue et opinions des personnes hors de la famille olympique immédiate. Nous sommes satisfaits du nombre de contributions de haute tenue qui nous sont parvenues et nous sommes sensibles aux efforts de tous ceux qui ont pris le temps de nous les envoyer. » Le directeur général du CIO, Urs Lacotte a fait écho à ce sentiment: « Nous sommes très heureux des interventions du public » , a- t- il déclaré avant d'ajouter. « Celles que nous avons reçues étaient réfléchies et POUR LA PREMIÈRE FOIS DE L'HISTOIRE DES CONGRÈS OLYMPIQUES, LE GRAND PUBLIC A EU SON MOT À DIRE SUR LES SUJETS QUI SERONT DISCUTÉS. LE CIO A DONC LANCÉ LE CONGRÈS OLYMPIQUE VIRTUEL, SITE INTERNET CONÇU POUR RECEVOIR EN LIGNE LES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DES PARTICIPANTS DU MONDE ENTIER.